ZAO WOU-KI (1921-2013) 9.9.70 Huile... - Lot 36 - Audap & Associés

Lot 36
Aller au lot
Estimation :
200000 - 300000 EUR
Résultats avec frais
Résultat : 502 320EUR
ZAO WOU-KI (1921-2013) 9.9.70 Huile... - Lot 36 - Audap & Associés

ZAO WOU-KI (1921-2013)


9.9.70



Huile sur toile, signée en bas à droite, contresignée au dos et datée 9.9.70


Exécutée en 1970


Haut. : 55 cm ; Larg. : 65 cm



Provenance:


- Galerie de France, Paris


- Collection particulière parisienne, acquise auprès du précédent au début des années 1970 ; puis transmise par descendance



Expositions :


- Avignon, Galerie Philippe Ducastel, Zao Wou-Ki - Peintures, aquarelles et lithographies, 7 juillet-15 août 1971


- Bordeaux, Galerie Condillac, Zao Wou-Ki - Peintures, aquarelles et lithographies, 29 septembre 1971-23 octobre 1971


- Esch-sur-Alzette (Luxembourg), Galerie Municipale, Zao Wou-Ki - Peintures, aquarelles et estampes, 17 novembre - 12 décembre 1971


- Nîmes, Galerie Maurel, Zao Wou-Ki, Peintures et gravures, 12 mai-27 mai 1972


- Schelderode (Belgique), Kunstforum, Zao Wou-Ki - Peintures, 28 octobre-19 novembre 1972


- Toulouse, Galerie Protée, Peintures de Zao Wou-Ki, 14 décembre 1972-20 janvier 1973



La Fondation Zao Wou-Ki reconnaît cette peinture figurant dans ses archives.


Un certificat pourra être délivré à l'acquéreur par la Fondation à l'issue de la vente (à la charge de l'acquéreur)



L'oeuvre sera incluse dans le Catalogue Raisonné en préparation par Mme Françoise Marquet et M. Yann Hendgen.




« On reconnaît sa présence, polie comme un retrait, courtoise comme ce rien d'absence que crée la discrétion. Il ne représente plus la nature. Il se contente de la présenter, de la rendre présente. Il ne décrit pas le mouvement des nuages, des arbres et de la tranquillité de la terre et de l'agitation du vent. Il écrit ce mouvement. Il l'épouse, l'invite, le mime. Il nous fait devenir, en entrant dans sa peinture, ce mouvement lui-même. »


Claude Roy, texte issu de sa Correspondance avec la Galerie de France, 1970-1971



Zao Wou-Ki est l'homme des deux rives, entre l'orient et l'occident. Son oeuvre s'inscrit autant dans la lignée de la peinture asiatique traditionnelle que dans l'abstraction lyrique européenne de l'après-guerre, tout en conservant sa singularité.


Il apprit les techniques picturales ancestrales et celle de l'Europe à l'école des Beaux-Arts d'Hangzhou, où les professeurs sont chinois ou européens. Il a acquis les préceptes de la peinture des Song, construite notamment sur la représentation de paysages avec un subtil équilibre entre les espaces pleins et les espaces vides. En outre de cette formation traditionnelle, le jeune peintre s'est intéressé à l'art occidental à travers des cartes postales reproduisant des oeuvres de Matisse et de Picasso, que lui ramenait son oncle de Paris. Il semble alors allier les deux continents en mêlant les techniques et les univers dans sa peinture. Il refuse la perspective à l'européenne mais décide d'employer la peinture à l'huile et de l'adapter en la diluant parfois de manière plus importante.


A son arrivée à Paris en 1948, il fait des rencontres artistiques qui seront fondamentales dans sa carrière. Il se lie notamment d'amitié avec Pierre Soulages, Maria-Helena Vieira da Silva ou encore Jean-Paul Riopelle. Peu à peu, sa notoriété se développe à travers des expositions à Paris et à l'étranger. La présente oeuvre, intitulé 9.9.70, a été réalisée une dizaine de jours après le festival de Salzbourg en Allemagne, où Zao Wou-Ki a dirigé le stage d'été de Peinture non-figurative à l'Académie d'art de cette ville.


9.9.70 est représentative des toiles de la fin des années 60 et du tout début des années 1970. La construction horizontale est en effet équilibrée - sans point focal précis - ce qui permet de poser un regard multiple sur cette oeuvre. Le camaïeu de verts est proche d'autres oeuvres de la même période comme 7.10.70, qui arbore également un subtil dégradé de cette couleur. L'importance du coloris est donc essentielle dans l'oeuvre de Zao Wou-Ki qui l'évoquait dans un entretien de 1969 avec René de Solier : « J'aime toutes les couleurs. - Quelles dominantes ? - Aucune. Je n'ai pas de couleurs préférées. Je suis surtout sensible aux vibrations ». Ces vibrations colorées sont perceptibles dans 9.9.70 où la palette est à la fois tout en nuances et est caractéristique de la lumière propre à Zao Wou-Ki.


Peu de temps après sa création, la Galerie de France a exposé 9.9.70 à Toulouse, Avignon et en Belgique de juillet 1971 au tout début de l'année 1973. Acquise par des particuliers au début des années 1970, cette oeuvre a été conservée dans la même famille j

Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de vente
Retourner au catalogue