Claude Joseph VERNET (Avignon 1714-Paris... - Lot 47 - Audap & Associés

Lot 47
Aller au lot
Estimation :
80000 - 120000 EUR
Résultats avec frais
Résultat : 489 440EUR
Claude Joseph VERNET (Avignon 1714-Paris... - Lot 47 - Audap & Associés
Claude Joseph VERNET (Avignon 1714-Paris 1789)
Pêcheurs retirant leur filet dans un paysage classique
Toile
Signée, datée et localisée en bas à droite: " J. Vernet. F. / Romae. 1746. "
Haut. : 74 cm ; Larg. : 98 cm

Provenance :
- Probablement commande et collection Marquis de Villette. Sa vente le 8 avril 1765 (expert Pierre Rémy), n° 36
- Collection Adam Gottlieb Thiermann; sa vente, Cologne, Gertrudenhof, 20 mai 1867 (J.M. Heberle), n° 382.
- Vente anonyme, Paris, Palais Galliera, 6 juin 1976, (Mes Ader, Picard, Tajan), lot 58 (72 000 frs).

Bibliographie :
Florence Ingersoll-Smouse, Joseph Vernet peintre de marine, étude critique et catalogue raisonné, Étienne Bignou, Paris, 1926, vol. I, p. 49, n° 169, repr. pl. XVI fig. 36.

Notre tableau a été gravé en sens inverse par Longueil et Nicolet.

Originaire d'Avignon, ville appartenant alors au pape, Vernet séjourna en Italie près de vingt ans de 1734 à 1752.
Depuis Rome, il fit plusieurs voyages, notamment à Naples ou il peignit ses premières marines. Tout en dessinant directement sur le motif, il étudia les oeuvres de Salvator Rosa, Adrien Manglard, Giovanni-Paolo Pannini et Andrea Locatelli, les effets d'atmosphère de Claude Lorrain, unifiant ces influences en un style nouveau, d'où ce sentiment de nature arcadienne qui se dégage de ce paysage, éclairée au second plan par un soleil levant.

À la date de notre tableau, Vernet accède à la célébrité. Il est âgé de 32 ans et expose pour la première fois au Salon parisien. Un an auparavant, il a peint les deux célèbres vues de ponts sur le Tibre (musée du Louvre), il a reçu des commandes de Jean de Julienne - amateur qui avait découvert Watteau -, et épousé Virginia Parker, dont le père lui a apporté une importante et fidèle clientèle anglaise. On parlait d'une « manière blonde et claire » qui caractérise aussi notre toile.

Le critique Lafont de Saint-Yenne écrivait sur ses oeuvres du Salon de 1746 : « Les marines du sieur Vernet Provençal ? dont les beautés toutes nouvelles font une conviction sensible qu'aucun genre n'est épuisé, même le plus stérile par un homme de génie. ? »

Une reprise de notre composition, de dimension similaire et non signée, a été donnée au Northon Museum de Floride en 2013.

Expert : Cabinet Éric TURQUIN
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de vente
Retourner au catalogue